Acide lactique : qu’est-ce que c’est, pourquoi se forme-t-il et comment éviter son accumulation ?

En réalité, l’acide lactique en lui-même n’est pas un obstacle, mais un allié à nous : sa présence, en effet, permet à nos cellules de produire l’énergie nécessaire pour supporter l’effort . A tort, on pense qu’il est aussi responsable des douleurs ressenties après le sport : comme on va le voir, ce n’est pas le cas. En effet, ce sont les micro-blessures des cellules musculaires , et non l’acide lui-même, qui provoquent des courbatures après l’effort .

Aujourd’hui, nous avons l’occasion de clarifier ce sujet , et d’approfondir ce qu’est l’acide lactique, pourquoi il se forme et comment empêcher son accumulation, afin que vous puissiez pratiquer le sport en toute sérénité.

Acide lactique : qu’est-ce que c’est et pourquoi se forme-t-il ?

L’acide lactique (formule chimique CH3-CHOH-COOH) est un composé organique constitué de molécules de carbone, d’hydrogène et d’oxygène . Comme nous le verrons bientôt, la particularité de cet acide est qu’il est à la fois utile et toxique pour notre organisme :

  • utile, car il faut disposer d’hydrogène et donc produire la « bonne » énergie qui permet de pratiquer une activité physique ;
  • toxique car, si une quantité trop élevée est produite en peu de temps, notre corps ne peut pas la tolérer.

Le processus de formation de l’acide lactique

Pour comprendre exactement ce qu’est l’acide lactique, comment il se forme et comment il agit dans nos muscles, voyons pas à pas ce qui se passe dans notre corps lorsque nous réalisons une activité physique intense :

  • lors de l’exercice, l’ oxygène est collecté par la respiration ;
  • l’ oxygène se lie au glucose , transformé en énergie;
  • lorsque l’exercice devient plus intense, la demande d’énergie augmente : l’oxygène introduit n’est pas suffisant, et donc l’hydrogène s’accumule ;
  • à ce stade, l’ hydrogène se lie à l’acide pyruvique – un métabolite déjà présent dans le corps humain – et de l’acide lactique se forme ;
  • l’acide lactique naît donc dans nos muscles , et de ceux-ci passe dans le sang : la circulation sanguine le conduit alors jusqu’au foie , organe capable de le reconvertir en acide pyruvique, achevant ainsi sa transformation.

Acide lactique : la fonction « bénéfique » pour l’organisme

L’accumulation d’acide lactique dans les muscles est donc la conséquence naturelle d’un exercice physique plus intense que ce que notre corps est normalement capable de supporter.

La fonction de l’acide lactique est précisément d’ aider l’organisme à se débarrasser de l’excès d’hydrogène , maintenant ainsi l’oxygénation des muscles à un niveau correct : c’est pourquoi, comme mentionné ci-dessus, cet élément est de nature toxique, mais il est également nécessaire.

On comprend donc que, si l’acide lactique est en excès, car la quantité d’hydrogène est très élevée, le foie ne peut pas en disposer correctement : c’est dans ce cas que la fatigue musculaire prend le relais, et donc la douleur.

Excès d’acide lactique : comment identifier les symptômes et intervenir

Si cette condition d’excès se produit, nous pouvons remarquer certains symptômes qui apparaissent déjà pendant l’entraînement , par exemple :

  • douleurs musculaires sévères et crampes
  • faiblesse générale et fatigue pendant le sport
  • jaunissement de la peau et des yeux
  • accélération soudaine des battements cardiaques
  • difficultés respiratoires
  • maux de tête sévères et prolongés dans les heures qui suivent l’entraînement.

Si cette condition se produit, il peut être nécessaire d’ arrêter le sport . Pour intervenir correctement, il convient tout d’abord de se référer à votre entraîneur ou à votre kinésithérapeute ou médecin du sport de confiance, qui saura vous indiquer les bons gestes à mettre en œuvre immédiatement.

Pour contrer la situation immédiatement, il est généralement recommandé de :

  • respirez profondément , en inspirant par le nez et en expirant par la bouche, en poursuivant le cycle pendant quelques minutes, jusqu’à ce que vous ressentiez un soulagement
  • boire de l’eau à petites gorgées en avalant calmement
  • continuer à bouger les muscles où la douleur est ressentie, en faisant des mouvements doux et lents.

Comment réduire la formation d’acide lactique pour pratiquer une activité physique en toute tranquillité ?

Comme nous l’avons vu, l’acide lactique n’est pas notre adversaire, mais un allié de notre corps lorsque nous faisons du sport : ce que nous devons apprendre à faire, c’est « gérer » sa production, pour faire en sorte qu’il ne devienne pas excessif et ne bloque pas nos muscles .

  1. effectuez un échauffement approprié

S’échauffer adéquatement avant de faire du sport est très important pour éviter que le surplus d’acide lactique « envahisse » nos muscles. Comme nous l’avons dit précédemment, l’acide se produit lorsque l’on n’apporte pas suffisamment d’oxygène : il faut donc s’échauffer en effectuant une séance d’étirement pré-entraînement , d’une intensité et d’une durée adaptées au type d’exercice que l’on s’apprête à réaliser.

  1. augmentez progressivement l’intensité de l’exercice

Notre objectif sera donc d’habituer notre organisme à tolérer la production d’acide lactique : pour cette raison, l’intensité de l’effort doit être progressivement augmentée.

  1. suivez une alimentation adéquate

Ceux qui pratiquent un sport savent combien il est essentiel de suivre une alimentation équilibrée , dans laquelle les apports nutritionnels sont proportionnés à l’exercice pratiqué .

En particulier, pour réduire l’excès d’acide lactique, il est conseillé d’aider notre organisme avec des sources d’énergie qui permettent aux muscles de s’oxygéner , aussi bien avant qu’après l’entraînement .

  1. hydratez-vous correctement pendant l’exercice

Boire de l’eau en faisant du sport est un conseil en apparence anodin, mais essentiel pour maintenir un niveau constant d’oxygénation dans l’organisme : de petites gorgées bues régulièrement aident l’organisme à se débarrasser en permanence de l’acide.

Derniers articles

Articles plus vues