Comment faire financer sa formation professionnelle ?

Se faire former s’avère parfois indispensable pour prétendre à des postes donnés ou pour acquérir de nouvelles compétences. Ainsi, la formation professionnelle s’impose à toutes les catégories de travailleurs ou non avec des besoins en financement conséquents.

Voici comment bénéficier d’un accompagnement et d’un financement adéquat pour se faire former.

Pour les travailleurs salariés

Si vous êtes salarié, alors vous avez plusieurs possibilités pour faire financer votre formation professionnelle. Cette dernière peut être réalisée sur votre temps de travail ou en dehors. En effet, vous pouvez bénéficier du plan de formation de votre entreprise (PFE) ou de différentes périodes de professionnalisation.

Ainsi, vous pouvez revendiquer le Droit Individuel à la formation (DIF) qui vous permet de capitaliser 20 heures par an pour un poste à plein temps. Ce dispositif garantit le financement et une allocation pour votre formation professionnelle.

Aussi, vous avez la possibilité de demander un Congé Individuel de Formation (CIF) et la prise en charge votre session d’acquisition de nouvelle compétence. La demande est adressée à l’Organisme paritaire collecteur agréé au titre du CIF (Opacif) auquel est affiliée votre entreprise.

Par ailleurs, vous avez droit aux congés pour examen afin de vous préparer à l’obtention d’un diplôme homologué. En outre, le projet de transition professionnel, le compte personnel de formation et la validation des acquis de l’expérience sont des moyens de financement.

Pour les travailleurs non-salariés

Les travailleurs indépendants bénéficient également de quelques dispositifs leur permettant de financer les formations professionnelles dont ils ont besoin. Ainsi, les acteurs de cette catégorie que sont les artisans, commerçants et autres professions libérales peuvent se référer aux structures suivantes :

  • la chambre des métiers et de l’artisanat ;
  • le fonds d’assurance formation des chefs d’entreprises artisanales (FAFCEA) ;
  • le fonds d’assurance formation de la profession médicale ;
  • le FIF-PL pour les professionnels libéraux ;
  • l’AGEFICE pour les secteurs du commerce, de l’industrie et des services.

Cette catégorie bénéficie d’un crédit d’imposition pour la prise en charge des formations des dirigeants.

Pour les travailleurs intérimaires

Les intérimaires bénéficient d’apports pour la formation professionnelle de la part du Fonds d’assurance formation du travail temporaire (FAT-TT). Ainsi, vous pouvez revendiquer le congé individuel de formation pour le financement de votre formation professionnelle.

Ici, les frais de formation sont entièrement pris en charge par le FAF-TT. Aussi, le Droit individuel à la formation (DIF) et le contrat de développement professionnel intérimaire (CDPI) sont des moyens pour faire financer votre formation professionnelle.

Pour les demandeurs d’emploi

Les demandeurs d’emploi bénéficient de nombreux apports pour le financement de leur formation professionnelle. Ainsi, ils peuvent prétendre aux aides octroyées par Pôle emploi telles que :

  • les actions de formation conventionnées (AFC) ;
  • les actions préalables au recrutement (FPR) ;
  • la préparation opérationnelle à l’emploi (POE) ;
  • une aide au retour à l’emploi formation (AREF) ;
  • une rémunération de formation Pôle-Emploi (RFPE).

Toutes ces aides précitées sont octroyées aux demandeurs d’emploi enregistrés sur Pôle emploi. Par ailleurs, les conseils régionaux et municipaux réalisent des financements de formation professionnelle par le biais des conseillers de Pôle Emploi. Ainsi, l’aide individuelle à la formation (AIF) permet la prise en charge partielle ou totale des demandeurs d’emploi ayant un plan de formation adéquat.

Vous pouvez à titre d’exemple faire une demande pour une formation en réparation de téléphone. Par ailleurs, l’action de formation préalable au recrutement (AFPR) permet aux nouveaux contractuels qui manquent de compétences de se faire former.

Derniers articles

Articles plus vues